Ardèche : Jour 3 ...

mardi 17 mai 2016, par JMB

Suite et fin du récit de Patrick PISSIS, que nous remercions chaleureusement, qui en a terminé avec la dernière journée des Trois Jours de l’Ardèche trial 2016.

Parfois, dans certaines épreuves, on trouve que la première zone est trop proche du départ et qu’on n’est pas assez "chaud" pour s’y lancer mais aujourd’hui on a eu droit à une longue "mise en bouche" avant le premier plat : quatre kilomètres de monotrace techniques à souhait dans des sous bois très dénivellés. Un régal et certainement l’effet d’une très longue zone pour les S4 et les randonneurs qui ont pu ainsi travailler leur technique.

Coté paysages, le ciel particulièrement dégagé par le vent permettait de voir clairement à plus de 40km les hauts sommets enneigés du massif central : superbe et rare.

Après 11 zones, la pause repas sur une terrasse ombragée bien connue des habitués de cette classique : de nouveau l’occasion de déguster des spécialités.

Enfin le parcours de l’après midi me permit de découvrir un auditoire inattendu au bord de l’interzone. Les classiques c’est aussi ce rapprochement avec la nature et c’est aussi une des raisons (parmi d’autres) pour laquelle la plupart des pilotes aspire à des temps de parcours plus proche de la randonnée que de la compétition !

La journée se termine toujours sous le soleil mais dans les zones ombragées du terrain du Club de la Burle avec en prime...des spectateurs.

En résumé une excellente dernière journée pour cloturer en beauté ces 3jours.

Au plus haut niveau, c’est l’excellent Benoit Bincaz toujours en progrès qui l’emporte avec un énorme écart de points par rapport à ses poursuivants. Mais son si bon score dans des zones extrêmement difficiles que certains ont préféré pointer est certes dû à sa technique mais surtout à son engagement sur chaque passage car même à ce niveau, le zéro se mérite et est souvent le fruit d’un rattrapage savant (voir les 2 photos de la triple marche).

Prochaine classique en Juillet en Creuse et pour clôturer la saison, début novembre dans la vallée de la Truyère. 

Portfolio